Les aventures gargantuesques d’un ogre à barbe rousse

Ogre volubile à longue barbe rousse et flow perché, l’excessif Action Bronson continue de partager avec une jouissance communicative ses plus grandes passions: le hip-hop et la nourriture. La saison deux de « F*ck, that’s delicious » est annoncée pour le 29 février sur Viceland. Le principe est simple: on suit le chef rappeur lors de ses péripéties, essentiellement culinaires, durant des épisodes de 15 à 20 minutes. Attention, on est loin de la cuisine moléculaire ou des « Carnets de Julie« .

Action Bronson est un personnage XXL, pas un homme mesuré. Certes, il a ce visage poupon aux yeux bleus rigolards mais il est caché derrière une longue barbe rousse broussailleuse grattant un corps râblé. Ca transpire dans les épisodes de « F*ck, That’s Delicious »: quand ce rappeur du Queens aime, il déguste avec un plaisir contagieux mais surtout, il dévore. Quand il apprécie un restaurant, il commande tous les plats pour ne pas laisser de place au mystère. Quand il a faim, il quitte un concert pour faire une pause poulet. Il est capable de parler cuisine raffinée avec un chef réputé et de s’enfiler quelques kilos de viande grillée, avant des Oréo frits plongés dans de la glace à la menthe/chocolat. Et son vocabulaire n’est pas châtié.

Dans « F*ck, That’s Delicious », on suit donc ses tribulations jouissives à travers différentes villes, beaucoup aux Etats-Unis, parfois à l’étranger. Sa vie à l’écran est joyeuse, faite de concerts et d’enregistrements en studio mais aussi de restaurants et de plats qu’il cuisine pour ses camarades de jeu. Avec un amour pour le bien manger (parfois pour la gastronomie) permanent, et pour ceux qui sont aux fourneaux. Qu’il s’agisse d’un grand chef, d’un cuisinier au bord de l’autoroute ou d’une famille du coin. Car avant d’être rappeur, ce Gargantua ripailleur était un vrai chef cuisinier. Une mauvaise chute en cuisine en 2011 le cloue quelques temps à l’hôpital et il change de cap pour se consacrer entièrement à la musique. Avec le même appétit.

Quand il sort de l’ombre en 2011, on frôle là aussi l’indigestion. En moins de cinq ans: trois albums, cinq mixtapes, deux EP et d’innombrables apparitions sur d’autres projets. Comme lors de ses repas orgiaques, Bronsolino bouffe la scène hip-hop avec plusieurs mixtapes qui l’imposent rapidement dans le milieu. Entouré par une partie de la crème du genre: The Alchemist, Statik Selektah, Ghostface Killah (qui l’aime un peu moins depuis), Wiz Khalifa, Prodigy, Raekwon, Mac Miller, Chance The Rapper, Roc Marciano, Joey Badass, Vince Staples, Earl Sweatshirt… Après une tournée en 2014 avec Eminem, J.Cole et Kendrick Lamar à travers l’Afrique du Sud, la Nouvelle Zélande et l’Australie, il sort « Mr Wonderful » l’année dernière, qui lui ouvrira les portes d’un plus large public.

Le rap et la bouffe, deux passions (avec le sport et la weed) et deux activités qu’il met à profit chez Vice. Signé sur le label Vice Records en 2012, cela fait deux saisons que le rappeur de 32 ans et 145 kilos officie dans « F*ck, that’s delicious ». D’abord pour la chaîne en ligne Munchies, la partie culinaire du site Vice, (visible gratuitement en ligne avec des sous-titres en français) et maintenant pour la chaîne câblée de la même société, Viceland.

Né Arian Asllani d’un père musulman albanais « strict » et d’une mère juive new-yorkaise « hippie », il est devenu l’un des artistes hip-hop américains les plus en vue. Avec un style certes assez classique (la ressemblance de son flow avec celui de Ghostface Killah lui est d’ailleurs souvent reprochée) mais créatif dans les références (souvent culinaires) et bourré d’excès rafraîchissants par son humour omniprésent.

Si les phases égotrip ou les références sportives sont nombreuses, Action Bronson est aussi logiquement le rappeur qui parle le plus souvent de nourriture, et de manière souvent détournée et inattendue. Rendez-vous dans la playlist ci-dessous pour une sélection de chansons qui parlent à un moment ou à un autre de manger, boire, cuisiner ou font référence à de bonnes adresses.

Extraits:

1. « Cocoa Butter »:
Il prosciutto, legend, Phil Rizzuto
Marijuana like the pussy, I keep it crudo That’s raw.

Liquorice liquore, one cube, a touch of water
Watch it mix, turn white like the Duchess’ daughter

2. « Keep Off The Grass »:
I’m looking crispy like a chicken cutlet
One wish is, get rich before I kick the bucket

3. « Respect The Mustache »:
The olive oil virgin, first press, it’s never blended, kid
I’m straight raw like Carpaccio

Rocking all white silk, shorts just stop at the knee
Stay saucy like a pasta, with the broccoli, who’s stopping me?

4. « White Silk »:
Catch a rooster, cut his fucking nuts off
Serve ’em for a hundred dollars, sesame and plum sauce

5. « Not Enough Words »:
My skills set is very serious, in fact
Spit a wild rap, carve a steak right off the cow’s back
Throw it on the grill, I’m cooking in a suit
Same shit that’s on the grill gave me leather for the boot

6. « Central Bookings »:
And even if you were a basket couldn’t see the bread
We want the Caesar salad table-side
The waiter toss it get the flavor right

Then fly no propeller, street bread my a capella
Vintage raps from out the cellar, Madagascar vanilla

7. « Terror Death Camp »:
Clementine nine, dripping venereal
Linguine linguistics that left my verbal lesson saucy

8. « Triple Backflip »:
Peel the top off the can of Pellegrino
Lost my money at the tables, but I got it back in Cee-lo

9. « No Time »:
The joint rolled like a croissant, mad butter

10. « Brand New car »:
The only one drinkin’ mango lassi in the bullpen
My lips are sealed like the singer with bad skin

Got to the door, twist the key, elevator waitin’ for me
100, got upstairs and fixed eleven bowls of Crispix

Grabbed a Snapple out the bin, no one’s an even match for the kid

11. « Terry »
Shorty couldn’t take it no more, she went loca
No stranger to a rum and soda
Should I get a skybox or an ’89 IROC?
It’s always poppin’ at the iHop

Chuck Knoblauch, spicy coconut curry from the Thai spot
Twisted off the Jenkem, watching Iron Chef
The secret ingredient was lion’s neck

12. « Actin Crazy »:
Uh, all I do is eat oysters
And speak six languages in three voices

All my women play the flute
Saw me place a melon and prosciutt’

13. « A Light In The Addict »:
Damn, these ladies love me out in London
Laurenivici served the granulated onion

14. « Galactic Love »:
At the piano with a glass of pinot
All red silk like I’m nino

15. « Baby Blue »:
Go on a date, I’m at the crib with the chef and uh, that’s me
And you could order whatever
The specialty is white snake and underwear sauce

16. « Easy Rider »:
Shit, I might cop a chest and a dresser
A little machine to make espresso

I heard your bitch still wears Ecko
Hide drugs behind the box of De Cecco

I know your crabs from that Old Bay taste

17. « Twin Peugeots »:
Eggs Rothko
The handmade suit cloth hang out the sports coat

18. « Live from the Villa »:
Back to basic I’m retracing all minor days
Len tagine, organs with the couscous
Making sure these mouths happy
Serve her an amuse-bouche

19. « Rookies of the Future »:
The Beamer got the osteoporosis, holdin’ old toasters
Wait, hit the potion, slow motion
Every kind of color loafer, that’s real
Spray the tec, still chefs offer the best veal

20. « Three Course Meal »:
Pasta waitin’ on the table with the lobster bacon
Herb butter that was crab that made the word clutter
Maravilloso, toast it to the new summer
Rock a shirt with Secretariat on it
Seabiscuit on the dress, stay guarded like the eagle’s nest
Lethal stress hand-crafted by the saucier
Carpaccio with that meat, right under horse’s mane
Man of the land, there’s many fish in the sea

21. « Hookers »:
Cold duck, soba noodles, chocolate struddle
Your bark is loud, but you’re soft as doo-doo from a poodle
Zucccini flowers fried up with a light batter

22. « Red Dot Music »:
After rapping take my people out for octopus

23. « 1000 Lbs »:
Eat tapas and drink cabby
Baby veal neck stew wildin’ like Winona Ryder

24. « Mars »:
Never catch a statutory, eating cacciatore
You like a scungill’, peel when you see steel

25. « Never a Dull Moment »:
Up in the hospity, know my philosophy
Smoked duck, power meetings at the Brasserie

Parmi les très nombreuses chansons non disponibles sur Spotify, on peut encore citer:

– « I Adore You »:
Make two farm-fresh scrambled eggs with the grits
Glass of club soda, splashed with the twist
Lime, placed on wrist
Custom
Flour for the cake gettin’ sifted up
Make it fluffy
Poof
Dip to the Red Roof Inn
Have a sandwich

– Ou, entre nombreuses autres, « Ronnie Colman »:
From philly cheesesteaks, lobsters on the barbeque
I’m getting twisted eating chicken with a prostitute
An hour later eat the burger with my drug dealer
Then add the butter to the fudge to make the fudge realer

Vincent Schmitz

(publié sur 7sur7.be le 7 février 2016)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s