La triste histoire de Pepe

Mercredi, un ancien dirigeant du Ku Klux Klan a apporté son soutien à Marine Le Pen par un montage de mauvais goût. Quelques jours plus tôt, il avait déjà pris position par un tweet, grimant la fille Le Pen en « Pepe la grenouille », devenue sans le vouloir un symbole du mouvement « alt-right » américain. Mais comment cette pauvre grenouille a-t-elle été récupérée par Trump, puis par les soutiens du FN?

Dans un terreau mêlant trollage, ironie (voire post-ironie et méta-ironie), culture web underground élitiste, humour provocateur, valeurs conservatrices (tendance anti-bobos gauchistes bien-pensants, dirait-on en France) et allergie au populaire, Pepe la grenouille est devenue malgré elle le symbole de l’alt-right; ce mouvement de droite dure américain pro-Trump. Et par filiation et récupération, le nouveau soutien de Marine Le Pen.

Un peu de web culture

« Pepe the frog » est à l’origine un personnage du comics « Boy’s club », publié en 2005 par son créateur Matt Furie sur Myspace. La série ne compte qu’un volume, dorénavant exclusivement disponible en version imprimée. Pepe la grenouille y côtoie d’autres post-ados anthropomorphiques: Andy, Brett, et Landwolf. Quatre potes qui aiment glander, se vanner, la pizza et les jeux vidéo.

Pepe sera rapidement récupérée par des utilisateurs de 4chan. C’est en 2008 qu’il prend une nouvelle dimension sur ce même forum, quand une planche mettant en scène Pepe devient populaire. On peut y voir la grenouille uriner debout, mais le pantalon baissé, répondant à quelqu’un qui se moque de lui par un « feels good man ». « Feels good man » Pepe devient alors un mème (« un élément culturel reconnaissable répliqué et transmis par l’imitation du comportement d’un individu par d’autres individus« , dixit Wikipedia) très populaire.

En réaction, naît en 2009, toujours sur 4chan, « Feels bad man » Pepe, basé sur la même planche mais la bouche inversée. Quelques mois plus tard, un autre utilisateur lance dans le même esprit un « Sad Pepe », qui deviendra très populaire dès 2010, et l’un des mèmes favoris pour exprimer la tristesse lol et la dépression pour tout et n’importe quoi, jusqu’à devenir une référence populaire aux Etats-Unis.

En 2011, naît, sans connaître le même succès, un nouveau mème Pepe: « Smug Frog », comprenez la grenouille « suffisante », « arrogante ». Beaucoup moins sympathique, « Smug Pepe » entraîne débats et prises de positions (les mèmes sont une affaire sérieuse), certains affirmant qu’il ne s’agit plus du tout du même personnage. C’est d’ailleurs l’un des mèmes Pepe les plus prisés par les nationalistes. En 2014 « Angry Pepe » fait aussi son apparition, pour exprimer une grande colère ou frustration.

Trop mainstream

Pepe commence dans le même temps à quitter le chaotique et underground 4chan pour des réseaux plus mainstream, comme Reddit ou 9Gag. Même les stars l’utilisent, un peu n’importe comment, comme Nicki Minaj ou Katy Perry. Ce qui ne plaît pas aux « 4channers », comme tout ce qui devient populaire. En réponse à cette popularité, Pepe sera remaniée à toutes les sauces, comme les notables « Rare Pepe ».

Enervé – ou, plus probablement, ironiquement énervé – par le succès de « sa » grenouille, un utilisateur de 4chan réclame ainsi des Pepe « rares ». L’idée absurde d’avoir une sorte de « marché » du Pepe fait beaucoup rire la communauté 4chan, qui, comme d’habitude, décide d’y aller à fond. Résultat, des images de Pepe « rares » sont mises aux enchères sur Ebay, parfois avec la mention « Pepe rare, ne pas sauvegarder » (histoire de ne pas lui faire perdre de la valeur). Pepe prend alors une dimension jamais atteinte dans le petit monde des mèmes, se retrouvant sur un nombre inimaginable de montages en tous genres, de plus en plus provocateurs. Avant de se retrouver en ligne en un seul endroit, provoquant le crash de toute l’économie Pepe. Bref, de la satire absurde comme seul 4chan peut en proposer.

Lulz et trolls

4chan est impossible à résumer. Parfois surnommé « les chiottes du net », c’est peut-être le site le plus contesté du web. A l’origine, en 2003, un « imageboard » (site de partage d’images) consacré aux mangas, créé par un adolescent américain de 15 ans. Au final, un lieu fourre-tout anonyme et libertarien, alimenté par une communauté hétérogène et incontrôlable, capable du pire et du meilleur grâce à une énorme force de mobilisation trollesque. Parmi leurs faits d’armes: les rage comics, les dickbutts, les lolcats, l’avènement des mèmes, le rickrolling et à peu près toute la culture lol. Mais aussi des coups plus politiques, comme en 2010, quand les 4channers réussissent à imposer un enfant handicapé comme nouveau visage d’une marque de savon. Du lol mais aussi du lulz, le versant sombre du lol qui n’a aucune limite dans l’offense, ni dans le harcèlement, ni dans les sujets de plaisanterie, de la Shoah à la pédophilie.

La mutation de Pepe

C’est donc dans cette culture web prescriptrice, qui voue une haine aussi féroce à tout ce qui devient populaire que le hipster qui préfère toujours le premier album, que Pepe va muter. Parmi les « rare Pepe » créés pour reprendre la main sur « leur » mème, naissent en effet des grenouilles moustachues à croix gammées, le nazisme étant un sujet tabou très apprécié par certains channers. Viendra ensuite l’association de Pepe avec Trump. Du pain bénit: un personnage cartoonesque « anti-establishment » et « bien-pensance ».

Pepe quittera alors l’obscur 4chan et ses anonymes pour Twitter, rempli de journalistes et de personnalités politiques. Le 8 janvier 2016, Cheri Jacobus, consultante républicaine qui a poursuivi Trump en diffamation, est harcelée en ligne par des supporters du futur président qui la bombardent de Pepe détournés. Elle est la première à parler de Pepe en ces termes: « La grenouille verte est le symbole qu’utilisent les suprémacistes blancs dans leur propagande. » En retour, le harcèlement virtuel décuplera. Des journalistes s’interrogent ensuite publiquement sur cette grenouille verte et le lien possible avec l’alt-right, ce qui leur vaudra à leur tour des réponses sous forme de Pepe nazis de toutes sortes.

La confusion atteint son paroxysme quelques mois plus tard, quand une journaliste de Newsweek répond avec un simple Pepe à un tweet du Républicain Marco Rubio. Elle est alors accusée de propager une « image utilisée par les racistes pour se moquer des latinos. » Bref, la grenouille est devenue le racisme sous toutes ses formes.

« Pepe nous appartient »

Si Donald Trump avait déjà retweeté un montage le représentant en « Strump Frog » en 2015, c’est en septembre 2016 que Pepe devient tristement mais mondialement célèbre. Suite aux propos de Clinton taxant les partisans de Trump de « pitoyables », un montage regroupant quelques membres de la cour de Donald fait surface, avec Pepe en bonne place. Le montage sera retweeté par Trump, son fils et ses conseillers. Le même mois, l’ONG Anti-Defamation League classe Pepe parmi les « symboles de haine ».

Le site Daily Beast a interviewé des supposés membres actifs de cette avalanche de Pepe trumpistes. L’un d’eux explique que si certains channers l’ont fait par plaisanterie, pour d’autres c’était à dessein. « La plupart des mèmes sont éphémères par nature mais Pepe non. Il est le miroir de nos âmes. Il nous appartient. C’est répugnant de voir les gens l’utiliser de manière aussi futile. Il nous appartient. Et nous le rendrons toxiques pour le récupérer si il le faut. (…) Nous avons tout simplement mélanger Pepe avec la propagande nazie. Dans un sens, nous avons réussi à pousser le suprémacisme blanc dans une position très mainstream. Les gens ont adopté notre rhétorique, parfois sans même le réaliser. » Sauf que la personne interrogée tenait en réalité un compte parodique… Impossible de démêler le sérieux du lol et les intentions politiques de la farce.

Pepe Le Pen

Si le mème à message peut jouer un rôle, comme celui des affiches de propagande, augmenter son impact serait une erreur, tout comme croire sur paroles ses créateurs à l’ironie permanente (qui parlent même de magic meme, la magie du mème). De plus, si les valeurs conservatrices sont présentes chez certains 4channers, beaucoup aiment surtout aller à l’encontre de la pensée dite dominante, quitte à se rouler dans la boue avec plaisir.

Forts de ce petit succès, certains aimeraient toutefois faire tousser l’histoire avec « Pepe Le Pen ». Les Américains ont noté la filiation entre Donald et Marine, et derrière eux, les partisans français du FN tentent de récupérer la mauvaise blague. Certains journaux américains vont jusqu’à se demander cette semaine si les « mèmes alt-right » pourraient mener Le Pen à la victoire. Pour la faire courte, la réponse selon eux est: « peut-être ». De l’autre côté de l’Atlantique, la réponse est même « certainement pas ». Il s’agit en effet davantage d’une récupération d’une campagne gagnante mais déjà passée, la France n’a en outre pas la même culture du web et tout cela paraît surtout très forcé et trop calculé pour être efficace.

« Charmante petite grenouille »

Finalement qu’en pense le créateur de Pepe la grenouille? « C’est  juste une phase, ce n’est pas la première fois que Pepe est utilisée de façon négative et plus personne ne s’en souciera en novembre, » disait Matt Furie en septembre 2016 au site Dailydot. « Son statut de charmante et aimable petite grenouille restera intacte. (…) Le Pepe du web n’est que le miroir de ce que les gens trouvent amusant sur internet. »

Six mois plus tard, Pepe a troqué la mèche pour les longs cheveux blonds… « En tant que créateur de Pepe the Frog, je condamne toute réappropriation illégale et répulsive de mon personnage par des groupes ouvertement racistes. La véritable nature de Pepe, telle qu’elle est illustrée dans mon comics, est de célébrer la paix, le vivre ensemble et l’amusement, » disait-il également au Time. En attendant des jours meilleurs, Pepe pourra toujours se consoler dans les bras de son ancien copain, « Wojak », alias « Feels Guy ».

Vincent Schmitz

(publié sur 7sur7.be le 25 février 2017)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s